Une belle coïncidence sur le Tarot de Marseille

Croyez-vous à la force des coïncidences ? Laissez-moi vous raconter ce qui s’est produit pour moi la semaine dernière.

  • Le lundi, je fais un live sur Insta. La personne en postant le live, se trompe dans mon nom de famille. Au lieu d’écrire Céline Camoun, elle écrit 𝗖𝗲́𝗹𝗶𝗻𝗲 𝗖𝗮𝗺𝗼𝗶𝗻. Je ne comprends pas, mais ça me fait sourire.
  • Le mercredi, je dois faire un passage télé sur France3 à Marseille. J'approfondis mes recherches sur l’association du Tarot à la ville de Marseille. Et là, je me rends compte que sa popularité est liée entre autre, à un certain 𝗝𝗲𝗮𝗻-𝗕𝗮𝗽𝘁𝗶𝘀𝘁𝗲 𝗖𝗮𝗺𝗼𝗶𝗻 (1819-1886), fabricant de cartes sur Marseille.
  • Le jeudi, je propose un déjeuner à une amie dans cette ville de Marseille que je connais à peine. Je ne sais pas pourquoi, je suis très attirée par "Epicerie Idéal" un restaurant dont j’ai entendu parler. Au cours du repas, je lui raconte qu’un cartier de Marseille, Jean-Baptiste Camoin, est à l’origine de cette notoriété et que tout a commencé dans un atelier de fabrique de cartes situé au 𝟴 𝗱𝗲 𝗹𝗮 𝗿𝘂𝗲 𝗱’𝗔𝘂𝗯𝗮𝗴𝗻𝗲. Je la vois regarder sur le côté et me dire “pardon ? tu peux me redonner l’adresse?” Je lui demande pourquoi. Notre table de restaurant était en face du 8 de la rue d’Aubagne !

Pour vous donner une idée de la force de cette 𝗰𝗼𝗶̈𝗻𝗰𝗶𝗱𝗲𝗻𝗰𝗲, je vais juste vous dire la superficie de la ville de Marseille : 240,6 km² J'adore ces hasards de la vie ! 


Image

Voici la photo que j’ai faite depuis ma table, sans avoir à bouger. Voici ce qui reste de cet atelier (initial) du cartier qui a très largement contribué à la diffusion du tarot de Marseille dans le monde entier, avant que Papus et Paul Marteau ne l’associent à la divination.

Bien évidemment, la curiosité m’a poussée à rentrer dans l’immeuble. J’ai posé mis ma main sur cette porte, sachant que ce jeune cartier avait mis sa main sur cette même porte. Et qu’en modernisant les modes de production et en faisant l’atelier le plus célèbre de Marseille, il allait mettre une pierre à l’édifice de mon projet professionnel de coeur avec deux siècles de délais.

Il ne reste rien de l’atelier, dans cet immeuble, il est impossible de se douter que l’histoire du tarot de Marseille a débuté en ses lieues. J’ai cependant, profité de cet instant en posant intérieurement mon intention, et en remerciant ce jeune homme qui a commencé comme simple employé, d’avoir contribué à la passation de ce formidable outil de cartomancie et de bien-être qu’est-ce jeu de 78 cartes. J’ai quitté cet immeuble en formulant le désir d’en faire un jour un petit musée du Tarot de Marseille, niché au coeur de la ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.